Les tendances sont comme des vagues percutantes. Elles sont de courte durée, mais elles peuvent vous mener très loin. Profitez-en quand elles passent.

Lorsqu’il est question de tendances sur les marchés financiers, la première chose qui vous viendra à l’esprit sera probablement l’orientation et la trajectoire du prix des actions. La définition d’une tendance peut varier d’une personne à l’autre selon des paramètres temporels, par exemple au cours d’une journée, jusqu’à la clôture, au cours d’une semaine ou au cours d’un mois, mais il existe généralement un consensus sur les marchés boursiers : les tendances reposent sur un examen des résultats du passé pour prévoir l’avenir. Les indicateurs techniques sont des outils formidables conçus pour mesurer la solidité ou la faiblesse des forces sous-jacentes d’une tendance. Il existe énormément d’écrits historiques portant sur les tendances et leur application (Stock Trends, par Edwards et Magee, Dow Theory, par Richard Russell et Elliot Wave Cycles, par Robert Prechter), mais les analyses temporelles en série et les moyennes des variations constituent les façons les plus simples de déceler une tendance.

De nombreux indicateurs techniques sont prisés pour leurs caractéristiques permettant de suivre les tendances (Directional Movement Index – DMI et Moving Average Convergence Divergence – MACD).

La Matrice de repérage des tendances CIBC est un modèle de tendance exclusif qui utilise un processus mécanique et systématique afin de produire un indice de tendance objectif pour la plupart des indices de l’Amérique du Nord, en particulier pour les composantes de la Bourse de Toronto et de l’indice S&P 500. Il s’agit d’un outil conçu à l’interne destiné à évaluer la force sous-jacente d’une tendance (hausse/baisse/stabilité) en fonction d’un ensemble de variables dynamiques : le DMI, les indicateurs de rythme d’évolution du changement sur 1, 3 et 12 mois, la plus longue étendue de moyenne de variation, la courbe de régression linéaire et les bandes de volatilité sur 3 et 9 mois. Ces facteurs sont utilisés pour calculer les trajectoires d'actions, de secteurs et d’indices en particulier. Les largeurs des bandes de Bollinger ou de volatilité sont également utilisées pour calculer les tendances de retour à la normale ainsi que les risques de correction des marchés, les bandes inférieures illustrant le plus grand risque de perte en cas de baisse. Les cycles historiques sont également importants dans nos calculs sur des durées de 2, 4 et 10 ans, conformément aux calculs pour un cycle économique de 3,5 ans. La comparaison du rythme d’évolution du changement par rapport aux observations historiques est utilisée pour illustrer la fréquence et la probabilité de continuité positive ou de revirement négatif.

En termes techniques, ce processus constitue une validation avec une case à cocher pour toutes les variables utilisées dans notre matrice. Plus le nombre de variables positives (elles ne sont pas pondérées de façon égale) est grand, plus l’indice sera élevé, et inversement (un grand nombre de variables négatives produira un indice inférieur). Les variables ne sont pas pondérées de façon égale, car chaque indicateur présente une façon unique de repérer les modèles de tendance. Les moyennes des variations ont tendance à ralentir le marché, les régressions linéaires tentent de prédire une continuité, les conditions de surachat ou de survente ont tendance à avoir un effet de ralentissement, et ainsi de suite.

La collecte de données pour différents modèles de facteurs continue de révéler que la croissance constitue le facteur principal pour générer des rendements absolus et relatifs dans les portefeuilles. Les études empiriques révèlent également que les tendances en ce qui concerne les prix et les données fondamentales et économiques ont tendance à persister et à évoluer dans la même direction au fil du temps. Ainsi, nos stratégies reposent sur le fait qu’au moyen du suivi des tendances et des systèmes de croissance, nous pouvons faire un profit en déterminant les actions pour lesquelles il est le plus probable que la tendance persiste et en évitant les actions pour lesquelles la tendance s’est rompue.

Les résultats de tests  continuent d’appuyer notre penchant pour les stratégies de suivi des tendances. Les processus de la Matrice de repérage des tendances CIBC ont été utilisés pour des produits structurés canadiens et américains ainsi qu’un FNB à la Bourse de Toronto (SID – First Asset U.S. TrendLeaders Index ETF). Le FNB SID a continué de générer des rendements ajustés au risque intéressants au fil du temps, offrant aux investisseurs un instrument de rechange diversifié qui s’inscrit dans des mandats de placement de titres fondamentaux.

Les modèles de suivi des tendances de la Banque CIBC ont été très bien accueillis par les investisseurs. Cela fait maintenant 12 mois que l’indice boursier américain CIBC (FNB SID) a été lancé en juillet 2017. Cette méthode de suivi des tendances de FNB a réalisé une plus-value en capital de 23 % par rapport à l’indice de référence S&P 500 (14,46 %). Depuis le début de l’année (6 mois), l’indice boursier américain CIBC a progressé de 8,45 % par rapport à l’indice S&P 500 (4,14 %).