David Stephenson
Directeur en chef, Stratégies de FNB
Gestion d’actifs CIBC

À l’heure actuelle, 814 FNB sont inscrits à la cote au Canada. Il peut donc s’avérer difficile de suivre l’évolution récente de l’offre, et encore plus de savoir quels FNB conviennent à votre portefeuille et à votre situation personnelle. De nombreux investisseurs comprennent les avantages que présente un FNB passif, général et à faible coût qui propose en outre une exposition au marché canadien (ou à tout autre marché, d’ailleurs!). À l’autre extrémité du spectre, les fonds à gestion active tentent d’obtenir un rendement supérieur à celui de leur indice de référence par la sélection de certains titres et secteurs. Les placements à «  bêta stratégique » tirent quant à eux profit des objectifs de la gestion passive et active et visent à offrir aux investisseurs le meilleur des deux approches : le potentiel de rendement supérieur d’une part et, d’autre part, les faibles coûts et la transparence d’une approche indicielle fondée sur des règles. Le bêta stratégique s’est développé au Canada à un point tel qu’il existe maintenant une sélection de plus de 150 FNB qui adoptent cette stratégie. L’actif total de ces derniers s’élevait à 17,2 milliards de dollars au 31 décembre 20181. Avant de choisir un FNB approprié pour votre portefeuille, il y a quelques éléments à considérer. 

Premièrement, qu’est-ce que le bêta stratégique et comment est-il défini? Vous avez peut-être déjà entendu les termes « bêta intelligent », « bêta non traditionnel » ou même « placements multifactoriels ». Au final, le bêta stratégique peut être défini comme une approche de placement transparente et fondée sur des règles qui s’écarte de la pondération selon la capitalisation boursière. Le marché est analysé selon des règles établies, en vue d’y repérer des titres présentant certaines caractéristiques particulières que l’on croit susceptibles d’offrir un meilleur rendement. De ce fait, la catégorie est assez large et peut inclure des stratégies telles que les stratégies à faible volatilité, de dividendes et multifactorielles, entre autres. De nombreux investisseurs connaissent bien les stratégies de dividendes; peut-être même en utilisez-vous une dans votre portefeuille. D’autres stratégies peuvent vous être moins familières, et il est important de bien vous renseigner à leur égard, comme vous le feriez à l’achat d’un fonds à gestion active. 

Par exemple, les stratégies multifactorielles sont des stratégies axées sur le rendement qui prennent en compte plus d’un type de facteur ou de caractéristique plutôt que de s’appuyer sur un seul facteur, comme la valeur. Les stratégies de placement factoriel examinent les caractéristiques des titres, comme la valeur, le momentum, la faible volatilité et la qualité, lorsqu’il est temps d’investir. Ces stratégies visent à exploiter les occasions sur le marché en appliquant une méthode systématique et transparente fondée sur des règles. Les arguments pour les stratégies de placement multifactorielles s’appuient sur la diversification. Nous avons constaté que même si les facteurs peuvent surclasser le marché à long terme, leur rendement peut être volatil, cyclique et difficile à prévoir. Le tableau suivant en témoigne. Les carrés noirs représentent un portefeuille dont la pondération des quatre facteurs, soit la valeur, le momentum, la faible volatilité et la qualité, est égale (25 %) et qui est rééquilibré semestriellement. Notez son rendement relativement constant par rapport aux facteurs individuels; un résultat logique vu l’exposition à tous les facteurs et les avantages de corrélation qui en découle. Ainsi, les fonds multifactoriels sont conçus en fonction d’une bonne diversification des facteurs, ce qui atténue le caractère cyclique de chacun.

Le rendement des facteurs peut être cyclique

Image d’un tableau illustrant le rendement des facteurs canadiens : rendement excédentaire par rapport à l’indice composé S&P/TSX

Sources : Marchés des capitaux CIBC. Le rendement d’un facteur individuel correspond au rendement d’un portefeuille équipondéré des 30 titres les mieux classés en fonction du facteur et faisant l’objet d’un rééquilibrage semestriel. Le portefeuille équipondéré est représenté par l’indice multifactoriel d’actions canadiennes CIBC. L’indice est composé d’un portefeuille équipondéré de titres de participation d’émetteurs inscrits à la Bourse de Toronto présentant des caractéristiques de faible volatilité, de qualité, de valeur et de fort momentum.

La diversification des facteurs peut permettre des résultats plus stables sans réduire le potentiel de rendement supérieur à long terme. Si elles sont choisies pour les bonnes raisons (c.-à-d. pour assurer une exposition aux actions de base ou la diversification en sus d’un fonds passif ou actif), les stratégies multifactorielles peuvent également inculquer des comportements positifs en faisant en sorte que les investisseurs maintiennent le cap à moyen et à long terme plutôt que de chercher le rendement à tout prix. Par exemple, le facteur de la valeur a obtenu des résultats nettement inférieurs au momentum et à la croissance aux États-Unis au cours des dix dernières années (d’environ 400 points de base par année selon les indices de croissance et de valeur MSCI États¬Unis). Soyez honnête : seriez-vous assez patient pour conserver des titres de valeur pendant cette période? Rétrospectivement, il aurait été préférable d’éviter ce facteur pendant cette période, mais où auriez-vous plutôt placé cet argent? Auriez-vous pu prédire quel autre facteur afficherait un rendement supérieur? Si ce n’est pas le cas, un fonds multifactoriel peut être une bonne solution de rechange, car la diversification des facteurs est une approche sensée qui permet de conserver ses placements plutôt que de garder des liquidités non utilisées ou de choisir le mauvais facteur au mauvais moment.

Maintenant que l’argument pour les stratégies multifactorielles a été présenté, il convient d’examiner certains des éléments à prendre en compte dans le choix d’un FNB. Voici quelques suggestions :

  • Qui est le concepteur de l’indice et le gestionnaire d’actifs? Quelle est la philosophie et la méthodologie de placement du FNB? Quelles caractéristiques ce FNB peut-il procurer à mon portefeuille? Le portefeuille du FNB suit-il la stratégie établie et offre-t-il l’exposition désirée à des caractéristiques données (p. ex. un portefeuille présentant un risque plus faible ou une meilleure qualité que l’indice)?
  • Quels sont les facteurs visés par le FNB? Semblent-ils sensés? Quel a été leur rendement dans le passé et, plus important encore, ce rendement est-il durable? Le portefeuille préfère-t-il certains facteurs ou est-il équipondéré? Cela pourrait avoir des répercussions sur votre utilisation de ces fonds dans votre portefeuille.
  • N’oubliez pas les coûts! Bien que bon nombre de ces fonds soient offerts à des prix concurrentiels par rapport aux fonds à gestion active, assurez-vous d’examiner leurs coûts par rapport aux indices de référence globaux fondés sur la capitalisation boursière. Comme pour tout placement, les coûts auront un impact sur votre rendement à long terme.
  • Vous devez examiner le processus de placement d’un FNB et déterminer s’il est sensé, comme si vous sélectionniez un fonds commun de placement à gestion active pour votre portefeuille. Au final, les stratégies multifactorielles sont fondées sur des règles. Si les règles vous apparaissent simples et bien pensées, alors les résultats les reflèteront.

1. Strategic Insight, ETF and Index Funds Report–Canada, quatrième trimestre de 2018.